retour en haut

Le commerce de détail est sur le point de faire un retour après COVID-19

Le retour de la brique et du mortier – plus de raisons que jamais d’explorer l’ouverture de magasins.

Oberfeld Snowcap offre à ses clients son point de vue sur les tendances de l’immobilier commercial et du commerce de détail. Dans cet article, nous examinons les leçons et les perspectives que la dernière année de pandémie nous a apprises et les prévisions pour le retour de la brique et du mortier.

Le coronavirus a inauguré de nouveaux défis pour les détaillants avec des fermetures de magasins faisant la une des journaux en 2020, mais tout n’est pas sombre. Avec la levée des blocages et l’augmentation des vaccinations au Canada, il y a lieu d’être optimiste pour l’avenir. Lorsqu’ils sont interrogés dans le monde, 49 % des consommateurs achètent plus en ligne qu’avant la pandémie (Bazaarvoice), ce qui n’est cependant pas surprenant, une autre étude menée par (Incisiv) indique que 91 % des acheteurs déclarent manquer leurs achats faits dans les magasins.
L’accélération du commerce électronique a amplifié certaines faiblesses des commerces de détail qui n’ont pas suivi le rythme de l’évolution du marché numérique. Cela a conduit à la nécessité d’adapter et de modifier le paysage du commerce de détail traditionnel. Par exemple, les grands magasins ont du mal à trouver leur pertinence et les centres commerciaux ont vu leurs magasins d’ancrage disparaître. Il y a une pression sur les centres commerciaux pour trouver de nouvelles façons de devenir pertinents pour attirer les clients vers le centre commercial. Le mélange de locataires peut passer des marques nationales à la découverte de marques directes aux consommateurs similaires au concept de Hudson Yards ou Neighbourhood Goods.

Les magasins ont toujours été un point de découverte pour les consommateurs et les enseignes mettant en avant leurs produits forts. L’intégration du numérique a donné aux magasins la capacité de résister aux vents contraires provoqués par la pandémie. Sur le marché actuel, les détaillants ne vendent pas seulement un produit, ils vendent une marque et c’est ce qui se différencie de la concurrence. Le rôle des magasins a évolué pendant la COVID-19, devenant moins un point de distribution mais plus de commodité et de service notamment avec l’augmentation des caisses sans contact, de la collecte en bordure de rue et du BOPIS, autant de tendances que nous prévoyons de continuer pour l’avenir.

Les magasins à l’avenir évolueront pour créer des expériences qui divertissent et éduquent le consommateur, ce que l’on ne peut pas reproduire en ligne. Les gens ont soif de socialisation et de faire du magasin leur « troisième place »; pas au travail, pas à la maison, mais plutôt un endroit pour socialiser et se détendre. Le coffee shop, l’un des lieux les plus conviviaux pour se retrouver, est devenu un incontournable dans de nombreux projets de détail associés aux marques. Les cafés sont une bonne occasion pour les consommateurs de se mêler et d’y passer plus de temps. Nordstrom a introduit un bar à martini dans sa section de chaussures, incitant les consommateurs à prendre un verre après l’heure pendant qu’ils font leurs achats de chaussures. Le dernier produit phare de Puma à New York est un excellent exemple de la façon de rendre un magasin divertissant et témoigne du fait que le commerce de détail est loin d’être mort, c’est-à-dire en utilisant certains de ses ambassadeurs de marque comme Lewis Hamilton où vous pouvez courir dans les rues dans leur simulateur de course F1. Le magasin dispose également de miroirs qui vous permettent de voir à quoi ressemblerait un maillot d’une autre couleur au lieu de celui que vous portez.

À l’avenir, pour certains acheteurs, le magasin sera le premier endroit où ils découvriront la marque, mais pas où ils achèteront.

Au cours de cette première visite, le consommateur sera exposé au produit et introduit dans l’écosystème numérique. Plus tard, ils achèteront en ligne via un certain nombre de canaux. Les magasins physiques deviendront probablement un outil d’acquisition de clients, pas seulement un moyen de distribution. Cela a conduit de nombreuses marques de vente directe au consommateur à ouvrir des magasins physiques. Les recherches sur l’impact des marques en ligne ouvrant leurs propres magasins montrent que lorsqu’une entreprise qui vendait exclusivement en ligne ouvre un magasin, elle enregistre une augmentation de 37% du trafic Web.

La façon dont les magasins seront mesurés est susceptible d’être révisée. Les ventes par pied carré et la croissance des magasins de maquettes ne seront plus pertinentes. Ces mesures sont des reliques du passé. Les propriétaires reconnaissent que les ventes en ligne sont motivées par les visites en magasin et considèrent le % des ventes totales comme une mesure pour négocier le loyer. Il y aura une collaboration accrue entre les propriétaires et les détaillants pour que les deux prospèrent à l’avenir. C’est là qu’Oberfeld Snowcap peut apporter une valeur ajoutée pour aider les détaillants à naviguer dans les négociations de renouvellement des baux et s’associer avec les propriétaires pour générer le meilleur résultat pour les deux parties.

Une tendance immobilière observée pendant la pandémie est la demande de vie de style suburbain. Les consommateurs aspiraient à plus d’espace en particulier, d’espace extérieur pendant la pandémie et se sont rendus en banlieue à la recherche d’un logement. Avec des taux d’intérêt qui restent bas, c’est un boom des ventes immobilières pour l’accession à la propriété. Cela crée à son tour une occasion d’affaires pour le commerce de détail d’étendre sa portée dans les banlieues. Nous avons vu Sephora s’associer à Kohl’s pour atteindre les Américains dans les banlieues, car la plupart de leurs magasins autonomes se trouvaient dans des centres urbains. Cela ne signifie pas que la vie urbaine a été éradiquée. La vie urbaine à plus petite échelle continuera d’être une tendance importante. Nous continuerons de voir une prolifération de pistes cyclables, un accent sur la vie dans des quartiers piétonniers et une dépendance aux applications (tel l’application Nextdoor) pour renforcer notre sentiment de connexion avec nos voisins.

Pour la première fois depuis des années, les détaillants aux États-Unis prévoient d’ouvrir plus de magasins en 2021 qu’ils n’en ferment. Avec la quantité d’espaces vacants disponibles dans l’immobilier de premier ordre, le pouvoir s’est déplacé des propriétaires aux locataires. C’est actuellement un marché de locataires qui a permis aux marques qui ne pouvaient pas se développer de stocker la possibilité de tester des emplacements avec des baux à court terme et des prix abordables. Il n’y a jamais eu de meilleur moment pour expérimenter et tester des lieux. Nous voyons des prototypes de plus petit format venant de magasins de grand format. Il y a eu des tests de « magasins sombres » qui servent uniquement de plates-formes aux acheteurs pour récupérer leurs commandes en ligne. De plus en plus de marques DTC s’étendent au magasin en reconnaissant la valeur marketing de l’acquisition et de la découverte de clients alors que les dépenses numériques en ligne ont explosé.

Dans un marché complexe, Oberfeld Snowcap propose des services de conseil avec des analyses et des informations importantes pour aider les détaillants à sécuriser les bons emplacements dont leurs marques ont besoin pour prospérer. Nous relions les personnes, les lieux et les expériences pour aider les détaillants à atteindre leurs objectifs.

Contact

    Discutons

    Nous aimerions discuter avec vous de la manière dont nous pouvons répondre à vos besoins immobiliers en matière de commerce de détail.

    info@oberfeldsnowcap.com

    (514) 738-4330